Le Site du dernier matou

Le site qui fait miaou!

Aucun commentaire

Installation
Après avoir installé une Debian 8 "Jessie" sans environnement de bureau, je vous propose mon installation et ma configuration d'Openbox. Tout au long des installations, j'installe aussi les paquets recommandés (réglage par défaut de Debian).

Pour commencer, j'installe le gestionnaire de connexion lightdm, le gestionnaire de fenêtres openbox et un émulateur de terminal xterm :

sudo aptitude install lightdm openbox xterm

Pour voir le résultat :

sudo service lightdm start

ou redémarrage de l'ordinateur.
l'écran de connexion
Après avoir renseigné identifiant et mot de passe, Openbox se lance avec aucune notification. Qu'il est discret ce gestionnaire de fenêtres!
Openbox

Personnalisation du menu
Allez un clic droit, pour faire apparaître le menu. Pas grand chose dans le menu mais on va y remédier avec trois paquets :

sudo aptitude install menu-xdg openbox-menu obmenu

Un menu intitulé Debian apparaît avec tout les programmes déjà installés. Au besoin n'hésitez pas à redémarrez OpenBox (entrée "Restart" dans le menu) :
le menu d'Openbox
Pour personnaliser le menu, l'utilitaire Openox menu editor ( dans Debian>Applications>Système>Administration) un peu rustique mais très efficace.
Openbox menu editor
Pour les acharnées du fichier texte, vous pouvez aussi éditer le fichier "~/.config/openbox/menu.xml".

Personnalisation d'Openbox
Pour personnaliser Openbox vous avez du déjà remarquer "Obconf" dans le menu. Mais pour plus d'options, l'édition du fichier rc.xml est requise. S'il n'est pas présent dans le répertoire de configuration récupérer le dans "/etc/xdg/"

cp /etc/xdg/openbox/rc.xml ~/.config/openbox

Vous pouvez ajouter ou modifier des raccourcis clavier dans la section "keyboard" :
Pour lancer une application, ici le lanceur d'applications "gmrun" (ce serait ce une mise en abîme) à l'appui des touches alt et F2 :

    <keybind key="A-F2">
      <action name="Execute">
        <command>gmrun</command>
      </action>
    </keybind>

Ou pour placer vos fenêtres en 1/4, 1/2 et 2/3 d'écran à l'aide de la touche super et du pavé numérique :

    <keybind key="W-KP_1">
      <action name="Unmaximize"/>
      <action name="MoveResizeTo">
        <width>50%</width>
        <height>50%</height>
        <x>0</x>
        <y>50%</y>
      </action>
    </keybind>
    <keybind key="W-KP_2">
      <action name="Unmaximize"/>
      <action name="MoveResizeTo">
        <width>100%</width>
        <height>50%</height>
        <x>0</x>
        <y>50%</y>
      </action>
    </keybind>
    <keybind key="W-KP_3">
      <action name="Unmaximize"/>
      <action name="MoveResizeTo">
        <width>50%</width>
        <height>50%</height>
        <x>50%</x>
        <y>50%</y>
      </action>
    </keybind>
    <keybind key="W-KP_4">
      <action name="Unmaximize"/>
      <action name="MoveResizeTo">
        <width>50%</width>
        <height>100%</height>
        <x>0</x>
        <y>0</y>
      </action>
    </keybind>
    <keybind key="W-KP_5">
      <action name="Unmaximize"/>
      <action name="MoveResizeTo">
        <width>66%</width>
        <height>66%</height>
        <x>center</x>
        <y>center</y>
      </action>
    </keybind>
    <keybind key="W-KP_6">
      <action name="Unmaximize"/>
      <action name="MoveResizeTo">
        <width>50%</width>
        <height>100%</height>
        <x>50%</x>
        <y>0</y>
      </action>
    </keybind>
    <keybind key="W-KP_7">
      <action name="Unmaximize"/>
      <action name="MoveResizeTo">
        <width>50%</width>
        <height>50%</height>
        <x>0</x>
        <y>0</y>
      </action>
    </keybind>
    <keybind key="W-KP_8">
      <action name="Unmaximize"/>
      <action name="MoveResizeTo">
        <width>100%</width>
        <height>50%</height>
        <x>0</x>
        <y>0</y>
      </action>
    </keybind>
    <keybind key="W-KP_9">
      <action name="Unmaximize"/>
      <action name="MoveResizeTo">
        <width>50%</width>
        <height>50%</height>
        <x>50%</x>
        <y>0</y>
      </action>
    </keybind>

Ou encore pour lancer des menus d'Openbox :

    <keybind key="A-F1">
      <action name="ShowMenu">
        <menu>root-menu</menu>
        <position>
          <x>center</x>
          <y>center</y>
        </position>
      </action>
    </keybind>
    <keybind key="A-F3">
      <action name="ShowMenu">
        <menu>client-list-combined-menu</menu>
      </action>
    </keybind>

Démarrage automatique
Pour lancer des applications dès le démarrage, il faut créer un fichier "autostart.sh" dans "~/.config/openbox":

# Gestionnaire de transparence
compton &
# Activation du pavé numérique
numlockx on &
# Un fond d'écran
feh --bg-center /usr/share/wallpapers/joy/images/contents/1280x800.png &
# Lancement de conky
conky &
# Lancement de la barre de taches Tint2
tint2 &

Pensez à les installer avant :

sudo aptitude install compton numlockx feh conky-std tint2

On arrive au résultat suivant :
Openbox Conky Tint2

Comme il n'est de bonne compagnie qui ne se quitte :

sudo aptitude install obsession

et ajouter ces lignes à "menu.xml" :

		<item label="Quitter">
			<action name="Execute">
				<execute>obsession-logout</execute>
			</action>
		</item>

Vous obtiendrez un menu comme celui-ci, lorsque vous choisissez l'entrée "Quitter" du menu :
Obsession

Au final
Openbox a beaucoup d'autres possibilités de configuration et de personnalisation, j'en présenterai dans de prochains articles. Un dernier mot pour l'empreinte mémoire, Openbox occupe de deux à presque sept fois moins de mémoire et est donc démarre tout aussi rapidement.
Quelques mesures : Openbox et Tint2 : 80Mo, LXDE : 180Mo, XFCE : 190Mo, MATE : 220Mo, Gnome : 410Mo, KDE : 530Mo.

1 commentaire

Grâce à un bon nombre de briques et quelques notions de géométrie, j'ai pu réaliser les solides de Platon en Lego :

Le tétraède ou pyramide à base triangulaire.

L'héxaèdre ou le cube.

L'octaèdre.

Le dodécaèdre.

L'icosaèdre.

Les rolistes auront reconnu leurs dés à 4, 6, 8, 12 et 20 faces. Après de telles réalisations je tente les solides d'Archimède et en particulier le tétraèdre tronqué. Mais après la réalisation des faces hexagonales impossible de placer les faces triangulaires, elles sont trop grandes.

En effet si toutes les faces sont réalisés avec des plaques 1x8, elles ne représentent pas l'arête du polyèdre. Si on prend l'exemple du triangle :

La ligne bleue représente le triangle équilatéral dessiné par les plaques 1x8 mais les arêtes du polyèdre sont représentés par la ligne rouge plus grande.

Les côtés du triangle bleu mesure sept fois l'écart entre deux tenons soit 56mm en tout. Combien mesure les côtés du triangle rouge? Pour trouver le résultat on peut passer par l'apothème, et on trouve 83,713mm. Le problème c'est qu'on trouve 72mm pour le carré, 67,625mm pour le pentagone et 65,238mm pour l'hexagone. Le détail des calculs est ici. Impossible de construire les solides d'Archimède avec ce système.

1 commentaire

Ça commence le 7 août 2016, le service mdadm envoie 4 mails intitulés :

  1. DegradedArray event on /dev/md0
  2. DegradedArray event on /dev/md1
  3. DegradedArray event on /dev/md2
  4. DegradedArray event on /dev/md3

Je lance donc un diagnostic des disques grâce aux données SMART :

smartctl -i /dev/sda
smartctl -i /dev/sdb

Si pour le disque "sdb" le résultat est normal, pour le disque "sda" c'est du grand n'importe quoi! Il m'annonce une capacité de plusieurs To et n'arrive pas à me donner toutes les informations. Je note les numéros de série des disques pour les repérer une fois le serveur ouvert. Dans mon cas j'ai du procéder par élimination car je n'obtenais pas le numéro de série du disque défaillant.

Bref, un disque de mon serveur est en train d'admettre ses limites, il va falloir le changer pour éviter la perte de données. Vu que les deux disques ont le même âge (8ans) et ont eu la même utilisation, je choisis de changer les deux disques. Je vais donc changer mes Western Digital Caviar Green 500Go par des Western Digital Red 1To. Je passe du modèle "économie d'énergie" au modèle prévu pour serveur (utilisation 24/24).

Après quelques recherches, je trouve ce tutoriel qui va me permettre de procéder au changement de disque sans trop de problème. Je suis donc le tutoriel section 5.2. Je retire les différentes partitions du disque "sda" des différents ensembles RAID (/boot, /, swap, /home) :

mdadm --manage /dev/md0 --remove /dev/sda1
mdadm --manage /dev/md1 --remove /dev/sda2
mdadm --manage /dev/md2 --remove /dev/sda5
mdadm --manage /dev/md3 --remove /dev/sda6

Extinction et ouverture du serveur pour accéder aux disques. Première remarque la poussière est trop présente à mon goût, je commence par un grand nettoyage. Grâce au numéro de série récupéré précédemment, j'identifie les disques. Le disque "sda" était sur la connexion "primaire" du serveur mais je ne sais pas si on peut se fier à çà. Je retire le disque défectueux et le remplace par un neuf.

Remontage et mise sous tension du serveur. Le disque est reconnu sans souci et comme l'indique le tutoriel, je copie la table des partitions du 500 Go vers le 1 To.

sfdisk -d /dev/sdb | sfdisk /dev/sda

Premier problème, la table des partitions ainsi copiée n'est pas alignée avec les cylindres du nouveau disque. Vu que le disque est vierge, je fais au plus simple et recrée les partitions "à la main" afin qu'elles soient alignées. J'ajoute les différentes partitions du nouveau disque aux différents ensembles RAID.

mdadm --manage /dev/md0 --add /dev/sda1
mdadm --manage /dev/md1 --add /dev/sda2
mdadm --manage /dev/md2 --add /dev/sda5
mdadm --manage /dev/md3 --add /dev/sda6

Les ensembles RAID se reconstruisent et je patiente en surveillant l'évolution :

cat /proc/mdstat

Après vérification, je n'ai pas eu besoin de mettre à jour le fichier de configuration :

mdadm --detail --scan --verbose > /etc/mdadm/mdadm.conf

Et voilà mon serveur est de nouveau équipé de deux disques sains. Cependant je veux utiliser mes deux nouveaux disques et profiter de l'espace supplémentaires. Je retire donc des ensembles RAID les partitions du "petit" disque de 500Go :

mdadm --manage /dev/md0 --remove /dev/sdb1
mdadm --manage /dev/md1 --remove /dev/sdb2
mdadm --manage /dev/md2 --remove /dev/sdb5
mdadm --manage /dev/md3 --remove /dev/sdb6

Extinction du serveur, changement du disque de 500Go pour un de 1To et mise sous tension du serveur. Le disque est reconnu, je copie la table de partition, cette fois-ci pas de problème d'alignement :

sfdisk -d /dev/sda | sfdisk /dev/sdb

J'ajoute les différentes partitions aux différents ensembles RAID :

mdadm --manage /dev/md0 --add /dev/sdb1
mdadm --manage /dev/md1 --add /dev/sdb2
mdadm --manage /dev/md2 --add /dev/sdb5
mdadm --manage /dev/md3 --add /dev/sdb6

Et comme précédemment, je suis l'évolution et je vérifie la mise à jour du fichier de configuration :

cat /proc/mdstat
mdadm --detail --scan --verbose > /etc/mdadm/mdadm.conf

Cette fois-ci c'est fini, deux disques sains, plus grand et aucune données perdues.

Les mauvaises blagues en bonus :

  1. Je n'ai pas tout de suite noter les numéros de série, j'ai du brancher les disques sur un dock pour repérer le défectueux.
  2. J'ai détecté le problème d'alignement des cylindres après avoir fait la synchronisation des deux disques de 1To. Comme je n'ai pas réussi à "bouger" les partitions sans perdre de données, j'ai du tout recommencer.
  3. J'ai cru que l'ensemble RAID "md2" était inutile, je l'ai supprimé et refait une synchronisation. C'était la partition SWAP! J'ai du recommencer mes tables de partitions et mes synchronisations.

Au final, ça aurait du durer une matinée, ça m'a pris deux jours. Heureusement tout tourne parfaitement depuis ce jour et pour longtemps j'espère.

Aucun commentaire

Au début, j'utilisais des dalles d'agencement et des tréteaux lorsque j'avais besoin de tables beaucoup plus grandes. Cependant cela posaint différents problèmes :

  • la taille des tréteaux ne correspondait à la taille des dalles,
  • ces mêmes tréteaux gênaient certaines des personnes qui s'asseyaient autour de la table,
  • déplacer les dalles (2m05x60cm) dans une maison n'est pas évident.

L'idée était donc :

  • réduire la taille des plateaux pour faciliter leur manipulation,
  • de remplacer les tréteaux par des pieds verticaux,
  • d'avoir un système permettant de construire des tables de différentes tailles.

Pour cela :

  • j'ai découpé chaque dalle d'agencement afin de récupérer deux plateaux de 90cmx60cm,
  • je les ai percé selon le schéma suivant,
  • acheter 4 lots de 4 pieds de table cylindrique fixes métal epoxy, 71 cm et leur platine de fixation,
  • et une boîte de 60 boulons trcc 5x30.

Tous les achats ont été réalisé chez une enseigne qui n'a rien compris à la légende arthurienne. Pour le bricolage rien de particulier, il faut juste penser à laisser un peu de jeu pour faciliter le montage. Ainsi j'ai percé des trous de 6mm de diamètre et le centre à 34mm du bord du plateau (et non 35mm). Dans le même esprit pour le montage, il faut serrer les vis lorsque tous le plateaux sont positionnés et non au fur et à mesure.

Ce système me permet de réaliser des tables de : 90x60, 120x90, 180x60, 270x60, 180x90, 360x60, 240x90, 180x120, 450x60, 300x90, 540x60, 360x90, 270x120, 180x180, 640x60, 420x90, 360x120, 240x180, 270x180 pour ne citer que les tables rectangulaires.

Sur ce schéma, on voit l'emplacement des platines pour réaliser une table de 1m80 sur 1m20. Dans les coins, elles sont fixées avec trois vis sur un même plateaux, au milieu des côtés avec quatre vis sur deux plateaux et enfin la centrale avec quatre vis sur quatre plateaux.

Voici la plus grande table que j'ai utilisé pour l'instant (3m60 sur 1m20) :

Le montage dure 30 minutes avec ma fille de cinq ans dans les pattes l'aide ma fille et le démontage 2O minutes. Il ne faut pas oublier la visseuse pour les 56 boulons à serrer.

Je suis satisfait du résultat mais la table serait beaucoup plus présentable avec des plateaux en MDF.

4 commentaires

Il manque les photos du démontage et celles du remontage sont vraiment sans plus. J'étais un peu pressé pour ce bricolage et j'ai passé plus de temps sur l'action que sur le commentaire.

Le démontage ne présente pas de difficultés, les huit vis sur les cotés droit et gauche de l'appareil sont à retirer. Puis en retirant l'arrière du boîtier, on fait apparaître les différents éléments :

  • le disque dur,
  • la batterie,
  • le circuit imprimé où tout est relié,
  • l'écran.

À celà s'ajoute les faces avant et arrière ainsi que la partie argenté qui fait la jonction entre les deux. L'écran et le disque dur se sépare facilement en débloquant les nappes qui les relient au circuit intégré. Mais pour la batterie il faut jouer du fer à souder pour la retirer. Une troisième main fut la bienvenue pour réussir cette opération. N'oubliez de repérer la polarité pour souder la nouvelle dans le bon sens.

Après avoir souder la nouvelle batterie sur le circuit intégré, le remontage commence.
Le CI et la batterie

Fixer la nappe du disque dur.
Le DD en plus

Placer la pièce plastique argentée autour du circuit intégré. Le sens est facile à retrouver grâce aux ouvertures pour les différentes connections.
La partie argentée

On peut ensuite fixer la nappe de l'écran en la passant entre le circuit intégré et la pièce argenté. Avant de mettre en place les quatre vis qui retiennent l'écran, j'ai testé l'appareil pour éviter les mauvaises surprises ensuite.
alt
Une vue de l'autre côté.
alt

On replace la batterie en plaçant correctement les fils.
alt

Et on rabat le disque dur. Et je testé de nouveau l'appareil à ce moment.
alt

On referme le tout, deux vis à placer sur les côtés droit et gauche et en avant la musique.
alt

La réparation a été effectué le 16 novembre 2016 et tout fonctionne parfaitement à ce jour. On remarque aussi que je ne suis pas très réactif pour l'écriture d'un article. Bonne année et meilleurs vœux.