Le Site du dernier matou

Le site qui fait miaou!

Aucun commentaire

Mutt est un client mail en mode console. Autrement dit c'est pas chaud à l'œil mais terriblement efficace.

Pour l'installer pas de difficultés :

aptitude install mutt

Ensuite il faut écrire le fichier de configuration .muttrc dans votre répertoire personnel.

# Adresse électronique de l'expéditeur
set from = "mon_adresse@mon_mail.net"

# Nom complet de l'expéditeur
set realname = "Mon identité"

# Génération du champs from
set use_from = yes

# Lors d'une réponse, utiliser l'adresse originale à laquelle a été envoyé le mail
set reverse_name

# Editeur pour rédiger les mails
set editor = "vim -c 'set tw=72' -c 'set wrap'"

# CONFIGURATION IMAP
set imap_pass = "Mon_mdp_IMAP"
set spoolfile="imaps://Mon_identifiant@Mon_IMAP.net/"
set folder="imaps://Mon_IMAP.net/"
set record = "Sent"
set postponed = "Drafts"

# CONFIGURATION SMTP
set smtp_pass = "Mon_mdp_SMTP"
set smtp_url = "smtp://Mon_identifiant@Mon_SMTP.net:587"

# Vue index
set date_format = "%d/%m/%y"
set index_format = "[%Z]  %D  %-20.20F  %s"

#Mail en html
auto_view text/html

Pour la dernière ligne, il faut ajouter un fichier .mailcap dans votre répertoire personnel pour lire les mails en HTML grâce à w3m.

text/html;                      w3m %s; nametemplate=%s.html
text/html;                      w3m -dump %s; nametemplate=%s.html; copiousoutput

Une fois Mutt lancé, la liste de vos mails s'affiche. les flèches directionnelles pour choisir un mail et entrée pour l'ouvrir. Une fois le mail ouvert vous pouvez toujours voir le suivant ou le précédent grâce aux flèches directionnelles. Pour accéder aux pièces jointes un appui sur la touche v.

Pour envoyer un mail, la touche m sur l'écran listant les mails et on répond aux questions au bas de l'écran (destinataire, sujet). On rédige le mail, on peut ajouter les pièces jointes avec la touche a. Au final un appui sur y pour l'envoyer.

Voilà pour le minimum du minimum pour se lancer avec Mutt. Je verrai dans de prochains articles les petits trucs qui me font garder mutt comme lecteur de mails.

Aucun commentaire

J'ai récupéré des fichiers PDF qui ne sont qu'une suite de pages numérisées d'un livre. Ça permet de lire le livre mais s'il faut faire une recherche dedans ou vouloir le remettre en page, c'est pas top.

Cependant avec quelques outils on peut passer du PDF au TXT assez vite. Voici les paquets à installer :

aptitude install pdftk graphicsmagick-imagemagick-compat tesseract-ocr

Ensuite les trois étapes de la conversion :

  1. On extrait la page 123 de fichier.pdf et on crée un fichier ec.pdf avec cette seule page.
    pdftk fichier.pdf cat 123 output ec.pdf
  2. On convertit ec.pdf en image PNG.
    convert -density 300 ec.pdf ec.png
  3. On lance une reconnaissance optique des caractères sur l'image ec.png et on enregistre le résultat dans 123.txt
    tesseract ec.png 123.txt

Alors évidemment si le fichier contient beaucoup de pages, il faut automatiser à d'un script bash:

#!/bin/bash

Nombre_arguments_attendus=3

if [ $# -ne $Nombre_arguments_attendus ]
then
    echo "Trois paramètres obligatoires le nom du fichier PDF,"
    echo "le numéro de la première et de la dernière page à extraire."
    exit 1
fi

echo ">>> Extraction du fichier $1,"
echo "de la page $2 à la $3."

for nbr in $(seq $2 $3)
do
    echo ">>> Extraction de la page $nbr"
    pdftk "$1" cat $nbr output ec.pdf
    echo "Conversion en image"
    convert -density 300 ec.pdf ec.png
    tesseract ec.png "$1"-$nbr
done

echo ">>> Nettoyage"
rm ec.pdf ec.png

exit 0

Ce petit script prend trois argument: le nom de fichier, les numéros de la première et de la dernière page à traiter. Il enregistre des fichiers texte en ajoutant le numéro de la page au nom du fichier PDF.

Le résultat n'est pas parfait, la reconnaissance des caractères s'est fait piéger par certaines pages contenant des images. Par contre une mise en page sur deux colonnes ne pose aucun souci.

D'autres solutions sont possibles avec les outils poppler (paquet poppler-utils).

  • La conversion directe du pdf en image avec pdftoppm.
  • L'extraction des images avec pdfimages.

Si j'ai encore besoin de ce script je verrai si ça peut l'améliorer.

Un grand merci à Vincent pour l'idée de l'article.

Aucun commentaire

Connaissez vous le Slot-Racing ? Ce sont des circuits sur lesquels on fait tourner des voitures électriques. J'en ai eu un étant enfant et je m'y suis remis bien plus tard en m'inscrivant dans un club (je vous assure ça existe).

Cependant le premier problème est de faire un circuit. On peut suivre les instructions fournies mais le plus sympa c'est de réaliser ses propres tracés. Et là se pose un problème, il faut que ça ferme. Je passerais sur le problème du manque de rails (les éléments du circuit), car on peut les acheter individuellement. De nombreuses marques le proposent mais il est plus économique de savoir quoi acheter. Des logiciels existent pour simuler votre circuit avant et éviter les mauvaises surprises.

Mais les systèmes 400,600 et 800 de SlotFire me semble les plus impressionnants. En effet quelques soient les modules choisis, ça ferme parfaitement. Je vous laisse essayer. Comme je ne crois pas à la magie, j'ai essayé de trouver le truc. Et voici le résultat. Bonne lecture!

Pour les plus curieux, j'ai réalisé le document avec LaTeX et Asymptote, voici la source.

Aucun commentaire

Il y a des dictons pour les mois, pour ma part ce fut :

En juillet, l'alimentation est cassée!

Première panne, la connexion d'alimentation de mon ordinateur portable devient inutilisable. La broche de la connexion interne de l'ordinateur est restée dans l'embout du chargeur. Il me restait juste assez de batterie pour récupérer mes fichiers. Merci les synchronisations régulières grâce à Unison.

Ensuite j'ai pu récupérer un chargeur fonctionnel en délogeant la broche de la connectique grâce à une aiguille de couture et de la patience. Un grand merci au paternel pour le conseil.

Puis le démontage de l'ordinateur portable. Pour démonter un ordinateur portable toujours la même chose, bien chercher toutes les vis et ne pas hésitez à ouvrir ensuite. Personnellement je casse toujours une ou deux pattes au premier démontage, je ne sais pas s'il est possible de démonter un portable sans casse. J'isole la carte mère afin de dessouder la connectique défectueuse.

N'ayant jamais réaliser d'opération de ce type, j'ai appris que la première étape consiste à rajouter de l'étain. Je sais ça parait contre productif mais c'est la seule manière de faire fondre l'étain déjà présent. Ensuite j'ai alterné chauffe et utilisation de la pompe à dessouder pour retirer la connectique. J'ai pris tellement de temps à réussir que je croyais avoir grillé la carte mère. Pour éviter des frais inutiles, j'ai soudé deux fils à l'emplacement de la connectique et j'ai remonté l'ordinateur.

Deux fils

Après un test rapide (attacher les deux fils sur le transfo), j'ai pu vérifier que l'ordinateur fonctionnait toujours. J'ai donc récupérer une connectique d'alimentation sur une carcasse d'ordinateur portable qui traînait et je l'ai soudé aux deux fils après avoir scotcher le tout. Ce n'est pas top mais ça marche.

Du scotch
Une alim baladeuse

Le même mois une autre alimentation a admis ses limites enfin la connectique. Comme pour l'ordinateur une réparation assez brouillon mais qui fonctionne, j'ai juste coupé le fil d'alimentation et étamé les deux conducteurs. Comme l'appareil pouvait aussi être alimenté par piles j'ai juste placé les fils étamés dans le logements des piles. Ça reste en place et tout fonctionne.

Ça tient.

Deux réparations qui n'illustreront pas les guides de bricolage mais qui dépannent bien

Aucun commentaire

Dans le dernier article, j'expliquais l'installation d'Openbox sous Debian. Voyons comment personnaliser l'affichage en ajoutant un thème.

Pour changer de thème, j'utilise lxappearance. On peut y choisir différents types de thèmes, pour :

  • l'interface,
  • les icônes,
  • les curseurs.

Pour les icônes, je choisis "Faenza-dark" (Installer le paquet "faenza-icon-theme", logique) et pour les curseurs "Adwaita". Pour le thème de l'interface je pars du thème "Arc-Dark" (Installer le paquet "arc-theme"), que je vais modifier.

Je récupère les deux répertoires gtk du thème "Arc-Dark" dans mon répertoire personnel :

cd ~
mkdir -p .themes/test
cp -r /usr/share/themes/Arc-Dark/gtk-2.0/ .themes/test/
cp -r /usr/share/themes/Arc-Dark/gtk-3.0/ .themes/test/

Je peux choisir le thème test avec lxappearance (installer le paquet du même nom au besoin), pour l'instant c'est le même que "Arc-Dark".

Le résultat est propre et net mais les couleurs trop froides à mon gout. Je vais les modifier en faisant tourner ce script python dans le dossier du thème. Attention, ce script nécessite l'installation du paquet "python3-pil".

Voila, le script a inversé les canaux rouge et bleu pour passer à des couleurs chaudes. Si on se limite à cette inversion le bleu clair devient orange et le gris froid un gris chaud. Mais le script accentue la présence de rouge quand le bleu est beaucoup plus présent que les rouge et vert du thème de d'origine, ce qui donne une dominatrice dominante rouge à l'ensemble.

Mais il n'y a pas que GTK, il y a aussi Qt. Pour l'instant seul les applications GTK 2 et 3 arborent ses couleurs. Les applications utilisant Qt non! Par exemple qpdfview utilise le thème par défaut.

Dans leur infinie sagesse, les équipes de Qt nous permettent d'utiliser un thème GTK2. Pas besoin de recréer un thème pou Qt, il suffit de lui dire à Qt d'utiliser le thème GTK. Pour Qt4, après l'installation du paquet "qt4-qtconfig", lancer "qtconfig-qt4" pour choisir d'utiliser le thème GTK+. Pour Qt5, il faut installer le paquet "qt5-style-plugins" et créer un fichier "environment" dans le répertoire "~/.config/openbox/" contenant :

export  QT_QPA_PLATFORMTHEME=gtk2

Une déconnexion et une reconnexion plus tard, les applications Qt utilisent aussi le même thème :

Et voilà pour le thème des interfaces. Il ne reste plus qu'à travailler sur Openbox, Tint2 et Conky pour que le tout soit uniforme.